OBSERVIL

Eau dans la ville

©Vincent Guinot / HydroSciences Montpellier

La déclinaison montpelliéraine du SNO Observil effectue des actions d’observation des précipitations et des crues, du ruissellement et du transport de contaminants, ainsi que du suivi en hydrogéologie urbaine. Les deux sites d’observation sont le bassin versant du Verdanson, affluent du fleuve côtier Lez qui traverse Montpellier, et Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire.

Question scientifique

Précipitations et crues

Responsable : Luc Neppel & Pierre Marchand

L’échelle pertinente pour l’appréciation du risque hydrologique urbain est de l’ordre de la centaine de mètres. Ceci vaut pour les champs inondants comme pour les précipitations qui génèrent les crues pluviales. Une telle résolution est significativement inférieure à celle des produits météorologiques standard (la couverture radar de Météo France a une résolution de 1 km x 1 km).

L’Observatoire Urbain d’HSM a déployé un réseau pluviométrique à haute résolution sur le bassin du Verdanson. Les objectifs sont :

  • de caractériser la variabilité spatio-temporelle des pluies à des résolutions élevées,
  • de développer des méthodes de désagrégation qui permettent de passer des produits radar 1 km x 1km à des champs de résolution 100 m x 100 m.

Ruissellement et contaminants

Responsable : Christian Salles & Pierre Marchand

Les cours d’eau urbains sont le siège de processus de remobilisation, de dépôt et de transport des matières en suspension. L’observation de ces processus dans les aménagements et les cours d’eau urbains permet de dégager des informations sur la qualité des eaux de drainage urbain et les flux de contaminants qui parviennent aux stations d’épuration.

L’observatoire développe des protocoles d’observation in-situ des flux de contaminants dissous et particulaires, à la fois durant les épisodes pluvieux et en période de temps sec. La mise en place de microcosmes permettra de caractériser les processus physico-chimiques (sorption, dégradation, etc.).

Hydrogéologie urbaine

Responsable : Séverin Pistre

Les approches de désimperméabilisation des sols urbains posent la question des conséquences de l’augmentation de l’infiltration dans des zones urbaines, avec un impact potentiel sur les aménagements (parkings souterrains, etc.). La couverture très urbanisée de l’impluvium de la nappe de l’Astien (Montpellier) engendre des problématiques particulières de qualité des eaux de la nappe et influence son fonctionnement hydrodynamique. L’intérêt pour la Ville concerne les risques de remontée de nappe pour les bâtiments enfouis, le potentiel de prélèvements d’eau brute pour l’arrosage ou le nettoyage de la voirie et un aspect patrimonial associé aux puits édifiés au Moyen-Age.

Antibiorésistance

Responsable : Patricial Licznar-Fajardo

L’émergence et la dissémination de souches bactériennes antibiorésistantes est un problème d’envergure mondiale. Les données disponibles sur la contribution des écosystèmes aquatiques à cette dissémination restent en quantité limitée. L’objectif est d’identifier le rôle des activités humaines dans les processus de dissémination de l’antibiorésistance. Les pistes suivantes sont explorées: (i) le suivi de l’antibiorésistance dans l’environnement urbain en conjonction avec le gradient anthropique, (ii) l’identification et la caractérisation d’éventuels pathogènes multi-résistants pour les humains et de marqueurs d’anthropisation, (iii) la caractérisation in situ des conditions de développement de ces organismes, (iv) l’étude de l’influence des contaminants chimiques sur l’antibiorésistance.

Paramétrage des modèles

Responsable : Carole Delenne

Les modèles d’écoulement et de qualité des eaux urbaines doivent être paramétrés. L’acquisition à cet effet de données in situ reste coûteuse en temps et en moyens. Elle se complique souvent de problèmes d’accessibilité et de contraintes physiques ou sécuritaires. La généralisation des bases de données ouvertes et des informations en ligne ouvre des pistes nouvelles pour la recherche de données et d’informations. L’objectif de ces recherches est de développer une méthode de récolte de données multi-sources et de fusion des connaissances en une information permettant la cartographie et la modélisation hydraulique d’un réseau d’assainissement urbain.

Observation

L’observatoire comprend deux sites d’observation :

  • le bassin versant du Verdanson, affluent du fleuve côtier Lez qui traverse Montpellier,
  • et Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire.

Les variables mesurées sont les intensités de pluie, les débits et les indicateurs de qualité des cours d’eaux urbains, ainsi que des niveaux, températures et conductivités de nappe.

Données

Les données collectées sur Montpellier sont publiques et seront diffusées sur le portail des données de l’OSU OREME et du SNO OBSERVIL.

Les données collectées à Abidjan sont en cours de sauvegarde et de partage dans un entrepôt de données virtuel ORIESA (Observatoire de Recherche sur les Interactions Eaux et Société dans le district d’Abidjan). Pour les postes télétransmis, les cumuls de pluie sur différentes durées sont disponibles sur http://37.187.119.198:3838/Babi_pluie/.

Contact

Equipe

  • Chrystelle Bancon-Montigny (UM)
  • Estelle Bilak (UM)
  • Nanée Chahinian (IRD)
  • Carole Delenne (UM)
  • Pascal Finaud-Guyot (UM)
  • Maurice Guillod (IRD)
  • Vincent Guinot (UM)
  • Patricia Licznar-Fajardo (UM)
  • Pierre Marchand (IRD)
  • Patrice Monfort (CNRS)
  • Luc Neppel (UM)
  • Jean-Emmanuel Paturel (IRD)
  • Jean-Louis Perrin (IRD)
  • Christian Salles (UM)
  • Luc Séguis (IRD)

Collaborations

Voir la liste

  • Institut Montpelliérain Alexandre Grothendiek
  • Montpellier Méditerranée Métropole
  • CHU Montpellier
  • Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier
  • Laboratoire GéoSciences et Environnement – Université Nangui Abrogoua
  • Laboratoire de Physique de l’Atmosphère et de Mécanique des Fluides –
  • Université Félix Houphouët Boigny