OCOA

Observatoire des Communautés Animales

© CNRS Photothèque / FOURNIER Jérôme
© CNRS Photothèque / FOURNIER Jérôme

Ce système d’observation est né d’un triple constat :

Tout d’abord la nécessité, dans un monde en pleine mutation (changements d’utilisation des sols, et changements climatiques à venir), de disposer de données fiables pour comprendre les répercussions des changements en cours sur la biodiversité animale et sur les milieux et les paysages dont dépendent les espèces qui la composent.

Ensuite, de l’existence, à l’échelle régionale ou nationale, de séries temporelles longues de plusieurs décennies d’observations faunistiques indépendantes sur des taxons divers (oiseaux, mammifères, mollusques, amphibiens, reptiles, insectes) mais collectées de manière rigoureuse et de manière identique au cours du temps avec des protocoles souvent similaires pour les différents taxons.

Enfin, du risque non négligeable de pertes de jeux de données entiers du fait de la cessation d’activité plus ou moins prochaine de leurs « inventeurs » ou du fait des mutations technologiques.

Ce système d’observation a donc pour objectif de rassembler et de pérenniser un nombre important de suivis et de leurs jeux de données associés, sur des taxons variés, pouvant permettre de comprendre la dynamique de communautés faunistiques en situation de changements environnementaux, locaux et globaux.

Questions scientifiques

Historiquement les données collectées ont permis d’analyser les conséquences des changements d’utilisation des terres sur les paysages et sur la faune qui leur est associée. Elles ont également permis de mieux appréhender les liens entre traits d’histoire de vie des espèces et la réponse des espèces à la structure des paysage à un instant donné, ainsi que leur réponse aux changements de ces paysages au cours du temps. Une autre contribution de ces données a été de mieux comprendre la dynamique des paysages et de leur faune après incendie.

Actuellement l’ensemble des Taches d’Observation du Système d’Observation visent à comprendre les patrons et les processus mises en œuvre dans la réponse des milieux et des espèces aux changements d’utilisation des terres (déprise, emprise) mais aussi aux changements globaux dans leur ensemble (réchauffement climatique, modification des régimes de perturbations de type incendie, sécheresses ou précipitations, etc).

Observations

Pour l’avifaune terrestre il s’agit de relevés d’avifaune standardisés périodiques (annuels pour certains sites, à intervalle de 10 ans environ sur les autres sites) et de collecte de données sur la structure de la végétation et des paysages. Ces relevés s’étendent sur un réseau multi-sites de plusieurs centaines de stations permanentes géo-référencées (Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales).

Pour l’avifaune hivernante des lagunes littorales il s’agit de suivis annuels avec inventaires mensuels standardisés selon un protocole précis. Ces suivis ont été assurés au cours des hivers des 30 dernières années sur l’ensemble des étangs littoraux de la région et se poursuivront chaque année.

Pour la faune des reptiles et amphibiens il s’agit d’une base agglomérant des données opportunistes géo-référencées rassemblées par un réseau d’observateurs. Récemment un chantier a également été ouvert sur le suivi annuel de la faune des amphibiens des mares temporaires de la région. Cette tâche d’observation a capitalisé sur un stage en 2013 pour commencer à développer une base de données support (avec interface de saisie web), finaliser une page web de présentation du suivi, mobiliser un réseau d’observateurs et visiter une centaine de mares  pour construire un plan d’échantillonnage.

Pour l’entomofaune les données concernent exclusivement les insectes coprophages (Aphodiidae, Geotrupidae, Scarabaeidae) à travers le suivi de stations à l’échelle de la région.

Dans des réserves d’Afrique australe, nous suivons la dynamique de la présence/absence d’eau dans les points d’eau naturels, pour pouvoir prédire l’effet des fluctuations climatiques sur la distribution de cette ressource clé. Nous suivons également, par observation directe ou indirecte (pièges photographiques) la composition des communautés de grands mammifères qui viennent s’y abreuver.

Pour les Mollusques, il s’agit d’une base de données rassemblant le suivi d’une trentaine d’espèces en Guadeloupe et d’une quinzaine en Martinique des milieux d’eau douce en présence-absence ou en abondance ainsi que la mesure de plusieurs variables environnementales sur les taxons de suivi.

Portail des données de l'OSU OREME

Page du SO sur le portail des données de l'OSU OREME

Accéder au portail

Contact

Tâches d'observation

Observatoire des communautés d'oiseaux.

Étude et conservation des Scarabaeoidea laparosticti de France

Observatoire des reptiles et des amphibiens en région méditerranéenne française

Dynamique et écologie des points d'eau temporaires et utilisation par les communautés animales en milieux semi-arides

Analyser les forces agissant sur la dynamique des communautés d’espèces de mollusques d’eaux douces aux Antilles françaises dans un contexte de changements environnementaux marqués